Estimation d’un appartement à Saint-Maur-des-Fossés : comment estimer un logement avec terrasse ?

Partager sur :
Estimation d’un appartement à Saint-Maur-des-Fossés : comment estimer un logement avec terrasse ?

Quand il s’agit d’estimer la valeur d’un appartement doté d’une terrasse, la procédure d’évaluation est un peu différente. Pour cause, la présence de cet espace extérieur influe sur la valeur du logement. Voici comment il faut procéder. 

 

Étape 1 : estimer l’appartement

 

La première étape de l’estimation d’un appartement à Saint-Maur-des-Fossés consiste à évaluer le logement proprement dit. Pour ce faire, toutes ses caractéristiques vont être scrutées l’une après l’autre. Celles qui ont le plus d’impact sur sa valeur sont les suivantes : 

      > la surface Carrez : elle fait référence à la surface de plancher des espaces privatifs de l’appartement ;

      > l’emplacement de l’immeuble : s’il est évalué, c’est parce que de l’emplacement dépend la qualité du cadre de vie ; 

     > la performance énergétique du lot : un logement peu énergivore vaut évidemment plus cher qu’un autre qui consomme beaucoup d’énergie ;

    > le nombre de pièces qui composent le logement : plus l’appartement compte de pièces à vivre, plus il coûte cher. Il faut cependant savoir distinguer les pièces principales des pièces secondaires ;

     > l’éventuelle présence d’un espace extérieur, d’un garage privé… 

Après l’analyse de ces différents paramètres, le professionnel chargé de l’estimation effectue une étude comparative pour obtenir une première idée de prix.

 

Étape 2 : appliquer une décote

 

Lorsqu’un bien immobilier est vendu en cours de bail, sa valeur subit une décote plus ou moins importante. La perte dépend de la nature du bail. 

      > Lorsque la location est soumise à la loi de 1948, la décote peut aller de 40 à 50 %. Pour cause, les loyers sont très bas et la récupération de l’appartement peut être très compliquée.

      > Lorsque la location est soumise à la loi de 1989, la décote oscille entre 10 et 15 %. La durée du bail étant limitée à trois ans, la récupération du logement est plus simple à condition de respecter le délai de préavis légal. 

      > Lorsqu’il s’agit d’une location meublée, la décote n’a pas lieu d’être parce que la durée du bail est relativement courte.